Le Forum de CLIO

Forum de l'association CLIO Lumière, Histoire et Géographie à Lyon 2
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?

Aller en bas 
AuteurMessage
rmiry
Patient(e)
Patient(e)
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 38
Localisation : Lyon et Asguard ...
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?   Sam 11 Nov - 4:22

Bon depuis une semaine , peu , voir peut etre aucune inscription ...
Et pourtant on est combien en histoire ??? ca doit faire au moins 1000 personnes ... Je suis dépités ... a chaque fois que quelqun essaye de faire bouger les choses ..."on " prefere rester dans son immobilisme , sa torpeur... Si les jeunes sont comme ca , on va encore se marrer au elections ...Et après ont se plaindra de S....pffff
jai l'impression que les etudiants se succède mais ne change pas ... Et pourtant je connait bien une cinquantaine d'etudiant d'histoire connecté au net...
franchement les gens aurait l'esprit un peut plus communautaire , se forum pourrait devenir une base d'infos , de cours sympa ...
on a plus qu'a noyer nore chagrin dans du coca ... burk nom pas du coca...lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kolkhoze
Trésorier
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 33
Localisation : Fort Knox
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?   Sam 11 Nov - 14:25

Le fait est que l'association ne vie pas. Ce forum n'est finalement qu'un lieu de discussion et de réflexion qui appelle à réaliser de vraies choses sur le campus.

Somme toute, le forum est secondaire, même si nous pouvons (grâce à vous) garder une vie intéressante.

La visibilité sur le site du GHHAT y est également pour beaucoup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sovkhoze
Nouveau-venu
Nouveau-venu
avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?   Mer 15 Nov - 0:57

Et vu que notre campagne de propagande, dans laquelle des fonds que nous envieraient n'importe quelle multinationale ont été investis, n'a pas commencée, soyons patients, soyez calmes, un jour cela grouillera de monde^^ (Bon on sera sans doute plus à la fac...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Picouz-man
Nouveau-venu
Nouveau-venu


Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?   Mer 22 Nov - 23:16

le fait de pas faire partie d'une assoc' ou de pas vivre à la fac, ca veut pas dire qu'on est "immobile"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kolkhoze
Trésorier
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 33
Localisation : Fort Knox
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?   Jeu 23 Nov - 11:51

Mmmmh... tu as raison. Par contre, la fac est une mare stagnante. Les gens motivés existent, la preuve, on galère pas tant que ça pour La Carmagnole. Par contre, pour ce qui est de la création, c'est déjà autre chose... Rares sont les courageux qui tentent de prendre les choses en main. Les responsabilités effraient. Les gens normaux parce que "pas le temps, gnagnagna" et les gauchistes divers parce que "non je ne veux pas être chef, chef c'est pas bien, mort au travail".
Total, bof. Sans compter sur certains créateurs d'assos désespérément corpos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kolkhoze
Trésorier
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 33
Localisation : Fort Knox
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?   Mar 5 Déc - 11:49

TREIZE MILLIONS DE BÉNÉVOLES EN FRANCE ET LES ASSOCIATIONS EN MANQUENT

PARIS (Reuters) a écrit:
- La France n'a jamais compté autant de bénévoles, treize millions, et pourtant les associations disent manquer de bras, selon le baromètre 2006 du bénévolat du Centre de recherche d'étude et de recherche sur la philanthropie (Cerphi) publié sur son site internet.

"Le temps où l'on s'impliquait quand on pouvait, si on pouvait et pour le temps qu'on souhaitait est révolu", souligne dans La Croix à paraître mardi, le fondateur du Centre Jacques Malet qui qualifie les chiffres "d'alarmants".

Pas moins de 35% des responsables associatifs affirment ne pas disposer d'un nombre suffisante de bénévoles réguliers et 51% pc d'entre eux disent rencontrer de véritables difficultés pour attirer de nouvelles recrues.

La situation est essentiellement imputable à une augmentation du nombre d'associations, près de 70.000 nouvelles organisations par an. On estime à près d'un million leur nombre total en France.

Les plus touchées par la pénurie de bénévoles sont celles créées au début des années 2000 et où "la routine a fini par s'installer", les plus récentes bénéficiant de "l'attrait de la nouveauté".

Pour Jacques Malet, la crise de vocation tient aussi au fait que les organisations, en même temps qu'elles se professionnalisent, exigent "beaucoup" de la part des bénévoles dont "un engagement fort".

Le baromètre d'opinion a été réalisé d'avril à juin 2006, à partir d'un échantillon de plus de 1.200 personnes qui ont répondu au nom de leur association.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Picouz-man
Nouveau-venu
Nouveau-venu


Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?   Mar 5 Déc - 20:10

pour connaître un peu le milieu associatif chrétien, je sais que les causes ne sont pas uniquement la multiplication des associations, mais aussi
1) le manque de temps à passer en dehors du travail. De plus en plus, on considère ce temps comme étant "repos" et "loisir".
2) -corollaire- le manque de volonté de s'impliquer dans des associations qui finalement demandent beaucoup de temps, et parfois de soucis.
3) il faut noter que la majorité des bénévoles ont soit un temps partiel, soit aucun emploi (retraités, mères au foyer, étudiants qui ne travaillent pas)
4) bien des gens voient les associations dans un seul sens et ne se sentent pas boligés de s'impliquer dans le fonctionnement d'une association dans lesquels ils s'inscrivent (sports, crêches et gardes d'enfants). Pour reprendre l'exemple chrétien, mon aumônerie de collège est devenu un lieu où les enfants vont directement après les cours, y faisant parfois leurs devoirs, permettant les parents de se décharger et de rentrer plus tard pour peu cher ; pourtant ce n'est pas la vocation première d'une aumônerie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kolkhoze
Trésorier
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 33
Localisation : Fort Knox
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?   Mar 5 Déc - 22:19

Je retiendrais plutôt deux énormes problèmes:
1) le mot engagement fait peur. Ca sous-entends effort intellectuel et parfois très physique pour aucun retour financier, et parfois à l'encontre de pas mal de gens. Quand on commence à bosser dans les associations, on s'en rend compte; si on a pas bétonné sa réflexion et son action, les gens s'en contrefoutent royalement. La persévérance et l'ambition sont deux notions très distinctes qui sont nécessaires à la réussite d'un engagement. Sinon, c'est, comme tu dit Picouz, juste un loisir.
2) Les buts des associations sont trop inutiles, ou absolument pas originales. "ouais! on va aider les petits myopathes en leur payant des séjours à Aqualand!!". Ou encore "ouais il faut aider les pauvres! j'ai une idée géniale! on va leur faire à bouffer, comme au resto, mais gratuit, parce qu'on a du coeur. Et on va appeler ça les Cantines de la Joie!!"
On trouve 36000 assos qui font la même chose. Pourquoi ne pas faire l'union? pourquoi ne pas renforcer ce qui existe déjà plutôt que de disperser les forces? Tout bonnement pour des raisons de pouvoir. "le président et le secrétaire c'est des cons. Bon on monte notre asso? Ah on fait la même chose, mais au moins c'est nous qu'on commande. Avant on était 4, mais maintenant on sera 2. Cool!!" En plus, c'est plus simple pour se mettre d'accord; le débat, c'est caca, l'unanimité est de mise.

je vais aller faire mon compte rendu de lecture, moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sovkhoze
Nouveau-venu
Nouveau-venu
avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?   Ven 8 Déc - 1:03

Et oublie pas le texte a commenter pour l'Histoire romaine mercredi, pendant que j'y pense, je te le rappelle^^

edit modérateur : Il y a les messages privés pour dire çà
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'etudiant en histoire, un etre peu sociable ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» demande sur histoire des obligations
» Qui ignore l'histoire est condamné à la revivre.
» Histoire du droit criminel
» Oublier l'histoire, c'est se condamner à la revivre...
» NOTRE HISTOIRE EN 2 MINUTES CHRONO FAIT PAR UN ETUDIANT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de CLIO :: La Taverne :: Tout, rien, et autre chose.-
Sauter vers: